La toute première fois de Cameron Lund

Chronique-min

 

Titre : La toute première fois
Edition : Michel Lafon
Pages : 407

“Attends d’être prête”, disent toujours les gens. Mais comment sait-on qu’on est prête ? Si coucher signifie risquer d’avoir le cœur brisé, d’être tournée en ridicule ou de souffrir, je ne suis pas certaine de l’être un jour.

Keely vient d’avoir 18 ans et elle est la seule de ses amies à ne jamais “l’avoir fait”. Quand elle rencontre Dean, elle en a envie mais a terriblement peur de paraître inexpérimentée. Un plan presque parfait prend alors forme dans sa tête : demander à son meilleur ami, Andrew, d’être sa toute première fois et de lui apprendre les règles du jeu. Mais c’est bien connu : en amour, il n’y a pas de règles qui tiennent…



Mon avis-min

J’avoue que pour une fois, j’ai regardé le résumé avant de me pencher sur la couverture. Je savais que j’allais apprécier ma lecture parce que ça allait être sans prise de tête, une bonne lecture estivale en somme. Je ne me suis pas trompée, j’ai passé un agréable moment avec cette lecture. 

On n’est pas sur une histoire inoubliable, mais elle a quand même quelques qualités notamment de démystifier tout le tabou d’être encore vierge alors que son entourage a déjà passé le cap. Au travers de Keely, l’autrice fait passer un message :  » il n’y a pas de bon âge pour être prêt. On est prêt quand on l’est ». On ne va pas se mentir, il y a une vraie pression sociale autour de la virginité, comme s’il y avait une date de péremption, si tu ne l’as pas fait avant c’est grave. Ce genre d’injonction social me fatigue et j’ai aimé voir l’autrice tourner cela en ridicule. 

L’autrice dresse aussi un autre problème, se faire passer pour quelqu’un qu’on n’est pas pour plaire à celui ou celle qui nous plaît. On ne peut pas être parfait et l’autrice le fait plutôt bien comprendre dans le texte, si tu veux qu’on t’aime, il faut que tu sois toi-même, et même si tu n’es pas la meilleure version de toi-même, tu mérites que l’on t’aime. 

Sous ses airs de romans légers et feels-good, La toute première aborde des sujets sérieux, notamment le slut shamming, l’injonction sociale à être cool, la pression du lycée. J’ai aimé découvrir cette histoire, elle était top, et même si quelques fois, j’ai levé les yeux au ciel, j’ai aussi bien rigolé. Je te le recommande, tu passeras un bon moment avec ce roman. 

3.5-min


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s