Vespertine, tome 1 de Margaret Rogerson 

Titre : Vespertine
Edition : Simon & Schulster
Pages : 389

Les morts de la Loraille ne reposent pas en paix.

Artemisia suit l’enseignement pour devenir une sœur grise, chargée de purifier les corps des défunts pour que leur âme puisse gagner l’au-delà ; dans le cas contraire, ils se relèvent sous la forme d’esprits vengeurs qui s’en prennent aux vivants. Un travail de l’ombre qui lui convient parfaitement : Artemisia préfère avoir affaire aux morts plutôt qu’aux vivants, qui se méfient de ses mains brûlées et de son passé trouble.
Quand son couvent est attaqué par des soldats possédés, Artemisia n’a d’autre choix que de réveiller un antique esprit emprisonné dans une relique. Faire appel à l’extraordinaire pouvoir de cet esprit malfaisant menace de la consumer, mais le mal se répand sur la Loraille, et pousse la jeune fille à remettre en question tout ce qu’on lui a enseigné. Ce revenant est peut-être le seul être qui puisse aider Artemisia à vaincre l’ennemi… si tant est qu’il ne la trahisse pas en premier.



 

J’avais Vespertine dans ma PAL depuis Noel, et sa sortie VF approchant, il fallait vraiment que je le sorte de ma PAL. Ce n’est pas un coup de coeur, mais ça reste une excellente lecture, elle aura surtout eu pour mérite d’effacer l’énorme déception de Enchantment of Ravens.

Dans le pays d’Artemisia, la mort n’est pas forcément la fin, en effet si les morts ne sont pas soumis à un rigoureux processus mortuaire, ils deviennent des esprits vengeurs. La jeune femme est une apprentie none, bientôt elle purifia à son tour les morts, mais sa vie bascule le jour où elle est contrainte à utiliser une relique.

Ce roman est vraiment très intéressant, et au final si je n’ai pas eu de coup de coeur c’est parce que ça manquait d’une petite romance qui aurait ajouté un gros plus au récit je trouve. Par contre, ce que j’ai vraiment adoré c’est l’ambiance Jeanne d’Arc, aussi bien du point de vue de l’univers que dans le fait que Artemisia entend la voix du revenant dans sa tête.

J’ai aussi été très intéressée par l’aspect religieux du récit qui pour le coup, n’est pas trop lourd, c’est vraiment bien dosé et ça apport beaucoup de consistance à l’univers, on sent bien que l’autrice à réfléchit et à creuser sa mythologie avec précision. Vespertine, c’est vraiment un roman efficace qui dénote avec ses précédents écrits. Il s’agit d’un concentré d’action, de révélations et de bouleversement.

Seul petit hic pour moi, la fin est un peu trop ouvert, elle laisse vraiment présager une suite, alors que visiblement l’autrice n’a pas prévu d’en faire un second tome. A voir si elle change d’avis, ou si elle écrit des romans compagnons. En tout cas, ce fut une excellente lecture, tu pourras retrouver la VF en librairie autour du 10 juin si je ne dis pas de bêtises.


Une réflexion sur “Vespertine, tome 1 de Margaret Rogerson 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s