Le chant d’Achille de Madeline Miller

Titre : The song of Achilles
Edition : Bloomsbury
Pages : 352

Patrocle, jeune prince maladroit, part en exil à la cour du roi Pélé. Il y rencontre Achille, son exact contraire, doué pour tout ce qu’il entreprend. Malgré leurs différences, les deux jeunes hommes deviennent inséparables. Le destin les mènent à la guerre de Troie. La violence des Dieux et des hommes fera de leur histoire un drame.



 

Je dois te dire que je n’avais pas hâte de devoir écrire cette chronique parce que ce roman m’a juste détruite. Il est resté des années dans ma PAL parce que j’avais peur , à chaque fois que je voyais quelqu’un le lire, il n’en sortait pas entier et j’avais peur, peur de ressortir dans l’état dans lequel je l’étais.

Le chant d’Achille, c’est une histoire dont la beauté fait mal, c’est compliqué à expliquer mais on ne peut trouver que belle la façon dont Achille et Patrocle ont tourné en orbite l’un de l’autre, le soleil et la lune dans une lutte sans fin pour pouvoir danser ensemble. Un ami, un frère, un amour, ils sont tous l’un pour l’autre; Madeline Miller rend à ce duo ce qu’ils ont vraiment été l’un pour l’autre. Quand on pense à Achille, on pense peut être à Brad Pitt, aux autres romans qui le met en avant, mais on pense rarement à Patrocle, on repense rarement au fait que chez les grecs la romance entre hommes n’avait rien de choquant, d’anormal ou d’amoral.

L’histoire est conté du point de vue de Patrocle, dans les yeux de cet enfant, puis de ce jeune homme et enfin de cet homme, on découvrir Achille avec ses qualités et ses défauts, son monstrueux orgueil, mais sa façon d’aimer sans condition aussi. On y découvre aussi Patrocle même s’il se livre moins sur lui-même, l’ombre d’Achille, sa moitié. Cet homme qui est persuadé ne rien être sans son soleil, mais qui va comprendre qu’il peut être une personne de valeur tout en restant au côté d’Achille. C’est assez marrant de lire qu’il ne se trouve pas digne d’être aimé alors même qu’il est le plus bel humain de ce roman, il est bon, digne, simple et surtout altruiste là ou il se voit égoïste.

Si tu connais un peu la mythologie tu sais comment fini l’histoire de ces deux hommes, mais l’autrice a amené un après à leur fin, elle leur a offert une fin après la fin et malgré les larmes que m’a fait verser cette histoire, et celles qu’elle me fait encore verser, je sui heureuse d’avoir découvert cette histoire, elle restera graver au fer rouge dans mon coeur.


3 réflexions sur “Le chant d’Achille de Madeline Miller

  1. Super article 🙂 hésites pas à venir faire un tour sur mon site Intel-blog.fr et à t’abonner si ça te plaît 🙂

    J'aime

  2. oh bah mince… J’avais envie de le lire, mais j’avoue que le côté très émotionnel… waouh… il faudra que je me lance quand je serai dans un bon mood !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s