La malédiction des dieux, tome 4 : Force de Jaymin Eve et Jane Washington

Titre : Force
Edition : MxM Bookmark
Pages : 352

Willa Knight : Morte ? Vivante ? Condamnée à une malchance éternelle ?

Willa et les frères Abcurse sont de retour, et plus déterminés que jamais à ne plus se séparer. Mais Staviti a malheureusement d’autres projets, des projets qui menacent de changer l’ordre naturel du monde – bien que personne ne comprenne vraiment pourquoi. Ses plans pourraient affecter tous les êtres vivants de Minatsol, même ceux qui se croient en sécurité à Topia.
Même Willa Knight l’invincible.

Incertaine de la nouvelle place qu’elle occupe dans ces mondes, Willa doit suivre les Abcurse dans un nouvel endroit : Champions Peak, montagne isolée et loin de toute civilisation, où les plus puissants des Sols ont été appelés pour perfectionner leurs pouvoirs au contact même des dieux.

Willa pourrait survivre ici, mais il semblerait que rester en vie parmi les puissants occupants du Peak soit le moindre de ses soucis. Son vrai problème ? Arriver à rester là, tout simplement.



 

J’avais pas mal aimé le troisième tome dans mon souvenir parce qu’il s’y passait pas mal de choses, mais clairement ce quatrième tome je suis beaucoup plus septique. Je vais te dire pourquoi tout de suite, d’ailleurs je me pose la question de savoir si je vais acheter et lire le dernier tome, surement mais s’il n’est pas à la hauteur de mes attentes, je vais me débarasser de la saga, ça me fera un peu plus de place.

Déjà, la première chose qui m’a assez dérangé dans ma lecture de ce quatrième opus, c’est qu’il ne se passe pas grand chose, les personnages passent beaucoup de temps à tourner en rond et à parler pour ne rien dire. L’histoire fait du sur-place et l’intrigue à clairement du mal à se remettre en route. C’est un tome qui est beaucoup plus centré sur l’exploration de la relation entre les personnages, de l’adaptation d’un ménage à cinq.

D’habitude, le comique de l’absurde de cette saga ne me dérange pas mais là, j’avais l’impression que les autrices en faisaient des caisses, ce n’était même plus drôle à la fin, oui on a compris que. Wilma est une catastrophe ambulante, mais elle est autre chose, elle évolue et du coup, le comique à besoin d’évoluer avec elle sinon c’est redondant et on se laisse très vite des moments qui sont censé nous faire rire.

Moralité, j’ai été assez déçu de ma lecture, heureusement que ça se lit très rapidement et que ce n’est pas long parce qu’en ce moment dès qu’un livre m’ennui un peu, je l’abandonne facilement. Trop de choses à lire et trop de peu de temps à perdre avec des récits qui ne me passionnent pas.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s