Mercy Thompson, tome 12 : L’empreinte de la fumée de Patricia Briggs

Titre : l’Empreinte de la fumée
Edition : Milady
Pages : 336

Les seuls pouvoirs de Mercy sont de se transformer en coyote et de réparer les voitures. Mais elle a des amis partout et une meute de loups-garous qui assure ses arrières. Heureusement, car elle risque fort d’en avoir besoin.

Il y a des siècles, les faes vivaient En-Dessous, jusqu’à ce qu’ils en soient chassés. Ils y ont abandonné leurs châteaux, leurs trésors… et leurs prisonniers. Laissés en liberté, ces créatures se sont entretuées jusqu’à ce que seules les plus dangereuses survivent. Et à présent, l’une d’entre elles s’est échappée. Avide de chaos et de destruction, le monstre peut changer d’apparence, et s’emparer de la volonté de ceux qu’il mord, les pousser à attaquer ceux qui leurs sont chers. Mais il a commis une erreur en pénétrant sur le territoire de la meute, car Mercy ne reculera devant rien pour défendre les siens.



Comme tu le sais, Mercy Thompson et moi c’est une longue histoire d’amour. Ça a commencé au lycée, j’avais 16 ans et je découvrais l’urban fantasy. 9 ans plus tard mon amour pour le genre et cette série n’a pas changé d’un pouce. Je suis toujours aussi comblée de joie quand j’apprends qu’un nouveau tome de la série sort, je suis euphorique quand je l’ai dans les mains et conquise de nouveau quand je le lis.

Ce tome m’a fait verser quelques larmes, mais bon je pense que ma fatigue pré-vacances n’a pas aidé les choses, j’étais très à fleur de peau il y a une quinzaine de jour, mine de rien qu’il arrive des choses pas cool à Mercy ça me mets vraiment en boule. Mercy, c’est une héroïne qui m’accompagne depuis l’adolescence et du coup je suis extrêmement attachée à elle. Mais ce que j’aime le plus chez elle, c’est sa combativité, elle ne se laisse jamais abattre. Et si elle ne peut pas vaincre de front son ennemi, elle n’abandonne pas. Elle persiste jusqu’à trouver le bon axe, le bon moment, la bonne arme. Cette femme donne ses lettres de noblesse au mot combativité.

Dans ce tome, on retrouve nos vieux antagonistes de toujours, créatures folkloriques passionnée par la souffrance humaine, j’ai nommé les Faes. Ce tome était vraiment très intéressant, et d’autant plus qu’il semble aller dans l’idée que je m’étais faite avec le douze. A savoir qu’on s’approche de la fin, on sent un vrai tournant dans les deux derniers tomes de la saga. Il semblerait que Patricia Briggs ai trouvé son point final. Je t’avoue que je ne suis pas totalement convaincue à l’idée que la saga se termine bientôt. Parce que j’ai besoin de mes doses de certaines séries et elles sont nombreuses à toucher à leur fin ces derniers temps.

Comme toujours, j’en ai pris pleins les yeux que ce soit du point de vue de l’intrigue, du développement des personnages, de l’action. Franchement, Mercy Thompson n’a plis rien à prouver à personne et pourtant Patricia Briggs continue de produire des romans d’une qualité folle.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s