Le Sixième Monde, tome 2 : Le Fléau des locustes de Rebecca Roanhorse

Chronique-min

Titre : Le fléau des locustes
Edition: Milady
Pages : 345

Quatre semaines se sont écoulées depuis le sanglant affrontement de Black Mesa. Maggie s’efforce de faire bonne figure, mais sa dernière mission s’est très mal terminée : elle a perdu son seul ami, et elle doit à présent veiller malgré elle sur une adolescente qui possède un pouvoir clanique des plus étranges. Puis lui parvient une sinistre nouvelle : Kai a été recruté par une mystérieuse secte dirigée par la Locuste blanche, un personnage sorti tout droit des légendes navajos. Maggie refuse d’y croire et se lance sur sa piste, convaincue qu’il a besoin de son aide.
Sa quête l’emmène au-delà des Murs de Dinétah, au coeur des horreurs d’un monde ravagé par les Grandes Eaux. Accompagnée d’une poignée disparate d’alliés, Maggie devra affronter des trafiquants d’organes, des dieux navajos et la Locuste blanche en personne. Mais le chef de la secte ne correspond pas à l’image qu’elle s’en faisait, et Kai n’a peut-être pas besoin qu’on vienne à son secours. Le terrible projet de la Locuste blanche va mettre à rude épreuve la confiance toute neuve qu’éprouve Maggie envers ses amis et la faire douter d’elle-même. Tous ne survivront pas à cette aventure…



Mon avis-min

J’avais adoré le premier tome du Sixième monde, donc j’avais très hâte de découvrir la suite des aventures de Maggie. Et je dois dire que je n’ai vraiment pas été déçue par ma lecture. Pour le moment, cette saga a tout pour devenir incontournable. 

Clairement, la vie n’est pas facile dans cet univers, entre une terre ravagée par les catastrophes naturelles et des monstres mystiques comme humains, il ne fait pas bon de vivre là-bas. Pourtant, cette terre n’est pas exempte de beauté et j’aime que l’autrice le retranscrive. C’est un monde où la nature a commencé à reprendre ses droits et où il faut être fort si l’on veut survivre. 

Maggie est une héroïne comme je les aime, à la mesure de Mercy Thompson ou Kate Daniels. Elle en a dans le ventre, mais il faut dire qu’elle a morflé et si ce tome n’est pas totalement consacré a elle, on continu d’apprendre de petites choses sur elle et je la trouve passionnante. On en apprends plus sur Kai qui sort du cadre de personnage secondaire pas très intéressant. On fait la rencontre de nouveaux personnages qui sont vraiment pas mal du tout, à voir ce qu’ils donnent par la suite. 

Ce que j’aime dans ce début de saga, c’est que l’autrice puisse son inspiration dans les croyances et les mythes des amérindiens, plus spécifiquement Navajo si je ne dis pas de bêtises. C’est à la fois original, efficace et en même temps très agréable. J’ai beaucoup aimé ce second tome malgré ses airs de road-trip et je suis impatiente à l’idée de découvrir ce que le prochain tome me réserve, d’autant plus que la fin était pour la moins surprenante. 

4-min


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s