La fileuse d’argent de Naomi Novik

Chronique-min

Titre : La fileuse d’argent
Edition : Pygmalion
Pages  524

Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l’échec de son père. Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite… jusqu’à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son coeur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l’argent en or. Mais, lorsque son talent attire l’attention du roi des Staryk – un peuple redoutable voisin de leur village -, le destin de la jeune femme bascule. Obligée de relever les défis du roi, elle découvre bientôt un secret qui pourrait tous les mettre en péril…



Mon avis-min

Naomi Novik est clairement l’une de mes Queens de la fantasy adulte. J’avais eu un énorme coup de cœur pour Déracinée (que j’ai relu, il n’y a pas si longtemps que ça) et même si La fileuse d’argent n’a pas été un coup de coeur, ça a été malgré tout une excellente lecture. 

Comme toujours, j’aime l’attention qu’elle porte à son univers, ses histoires sont toujours très visuelles, car très détaillés. Et j’aime ce souci du détail. Si je devais faire un reproche à La fileuse d’argent c’est qu’elle est assez inégale. On sent que l’autrice a pris beaucoup de temps à définir et poser son univers dans le début de l’histoire, mais du coup, c’est un rythme très lent auquel l’histoire avance. A contrario, la dernière partie à un rythme très rapide. Il est moins homogène que Déracinée.

Moins homogène mais beaucoup plus vivant, alors qu’il se passe (possiblement) en Russie ou en Europe de l’Est, La fileuse d’argent est une histoire qui déborde de vie, de possibilité, ce qui est illustré par la pluralité des points de vues. Dans ce roman, on suit trois jeunes femmes d’origines très différentes. On a un accès assez global à l’univers, quand j’ai fini ma lecture, je me suis rendu compte que je n’avais pas de questions qui étaient restées sans réponse. Parce que les trois points de vues du roman offrent une mine d’informations vraiment importantes. 

Les mots de Naomi Novik sont aussi magiques que ses créatures, j’ai beaucoup aimé la façon dont elle a mixé folklore et imagination dans ce livre, j’ai aimé me retrouver au cœur de l’hiver tout en étant bien au chaud dans mon lit. J’espère qu’elle va en écrire un nouveau vite, parce que je ne lis pas assez d’aussi bon romans de fantasy tous les jours. 

4-min


Une réflexion sur “La fileuse d’argent de Naomi Novik

  1. Ce fut une très belle lecture pour moi également. Pour ma part, je l’ai presque préféré à Déracinée. J’ai adoré ces trois héroïnes surtout Myriem et Irina. Leur force de caractère m’a beaucoup plu. J’ai adoré également la mythologie exploitée dans celui-ci. Une lecture parfaite pour l’hiver ! 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s