Le Monde de Meg Corbyn, tome 2 : Terre Brûlée de Anne Bishop

Chronique-min

Titre : Terre Brûlée
Edition : Milady
Pages : 528

À Thaisia, le déferlement de rage qui a fait suite au massacre des métamorphes a par endroits totalement éradiqué la population humaine, laissant des villes fantômes. Bennett, située à la pointe nord des collines des Aînés et entourée d’espaces sauvages, est l’une d’elles. Sa position stratégique incite les Sanguinati qui en sont désormais responsables à tenter d’y fonder une communauté mixte où Autres et humains puissent cohabiter et travailler ensemble. Une jeune policière a ainsi été engagée pour seconder le shérif Wolfgard, une forme de terra indigene aussi ancienne que redoutable se voit offrir l’occasion d’ouvrir un saloon, et des familles peu conventionnelles, arrivées dans l’espoir de trouver un refuge où leurs différences seront acceptées, sont autorisées à s’installer.

À mesure que l’activité et la vie reprennent, Bennett éveille l’intérêt de hors-la-loi alléchés par l’appât du gain. Leur arrivée risque fort d’ébranler le fragile équilibre qui commence à se mettre en place, voire de sceller définitivement le sort de la communauté. Car les Aînés l’ont décidé : la prochaine erreur des humains sera aussi la dernière.



Mon avis-min

Honnêtement, je pensais que Le monde de Meg Corbyn ne me plairait jamais autant que la série principale, parce qu’il n’y avait pas Meg et Simon dedans, mais je me suis rendu compte en lisant ce deuxième spin-off que ce n’était pas le cas. Certes, Simon et Meg ont une place vraiment importante dans mon cœur de lectrice, mais l’univers d’Anne Bishop aussi. 

C’est avec plaisir que j’ai pris ma dose de Terras Indigènes dans ce second tome compagnon, il était excellent, comme tous les tomes cette série, objectivement, elle est juste excellente. Je ne connais personne qui n’ai pas adoré cette saga. Parce qu’il y a tout ce qu’il faut pour faire une excellente série. Sans compter sur le talent de l’autrice qui est juste incroyable. Je pense que mon cœur n’est définitivement pas prêt pour les fins de sagas, à tel point que je me garde sa série de fantasy dans un coin pour le moment où il n’y aura plus de tome sur l’univers de Meg Corbyn. 

C’est marrant, mais prendre des héroïnes qui ne soient pas des prophèsses de sang, ça permet de découvrir l’univers de cette saga de manière totalement différente, il y a pleins de choses que les personnages de Terre Brulée abordent qui n’ont jamais été discuté du côté de Meg et Simon, ça nous permets aussi de voir comment les vampires gèrent les choses, quand on est habitué à l’efficacité presque clinique des métamorphes, on découvre que les vampires, ont une façon plus personnelles de régler les soucis. 

Au final, ce que j’aime sans doute le plus dans cette saga, c’est son féminisme, Anne Bishop nous montre pleins de femmes fortes, elles ne sont pas invisibles, elles sont juste fortes, débrouillardes, courageuses. Elle nous brosse le portrait de femmes qui pourraient être nous. Et j’aime ça, parce que c’est bien d’avoir ce genre d’image, c’est important pour se construire, mais aussi pour se rappeler que l’on peut tout faire, même sauver le monde. 

5 etoiles-min


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s