Que passe l’hiver de David Bry

Titre : Que passe l’hiver
Editeur : L’homme sans nom
Pages : 400

Stig vient d’avoir vingt ans, l’âge de porter une épée et de se rendre – enfin ! – sur le Wegg, l’étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d’hiver ne se déroule pas comme il l’avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu’il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l’ombre des festivités, protéger ceux qu’il aime… et même survivre. Y parviendra-t-il ?



ChroniqueTransp-min

Cela fait très longtemps que je zieute sur Que passe l’hiver sans franchir le pas et lire cette histoire. Ce qui m’a grandement motivée, c’est d’avoir lu un autre roman de l’auteur. Je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à cette lecture. 

Pour le coup, la quatrième de couverture ne mentait pas du tout, on est à mi-chemin entre le roman initiatique et le huit-clos dans cette histoire. L’auteur nous fait lentement monter en tension et à la fin, c’est tout bonnement insoutenable. J’étais très surprise, car j’avais découvert dans Le garçon & et la ville qui ne souriait plus, une plume forte mais avec une certaine douceur. Dans Que passe l’hiver la douceur à totalement disparu, nous laissant face à une lecture dure et puissante.

Ce roman porte très bien son titre, il dégage une froideur et une dureté propre à l’hiver, le tout illustré par une superbe légende qui se déroule au début de chaque chapitre et que l’on peut retrouver à la toute fin dans son intégralité. Ce que je retiens le plus de cette lecture, c’est la surprise qu’elle a provoquée chez moi, je n’ai rien vu venir et le développement de l’intrigue dépassait de loin mon imagination. 

Les personnages sont assez particuliers parce qu’on ne s’y attache pas vraiment, le roman a un côté assez clinique qui colle très bien à l’ambiance de l’histoire, mais du coup, on ressent la fatalité quand le sort s’abat sur eux, mais ce n’est pas pour autant qu’on les apprécie. 

En bref, Que passe l’hiver a été une grosse surprise. Une bonne lecture qui m’a donné envie de me replonger dans de la fantasy adulte, car j’avais oublié que les fins pouvaient surprendre. 

Notes (5)

Publicités

2 réflexions sur “Que passe l’hiver de David Bry

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s