L’Oiseau et la lame de Megan Bannen

Titre : L’oiseau et la lame
Edition : Albin Michel
Pages : 384

1279. Tandis que l’empire mongol s’étend inexorablement, la jeune Jinhua est réduite en esclavage et, désormais orpheline, se retrouve au service du kahn Timur et de ses fils. Le jour où la cité est attaquée par une tribu ennemie, Jinhua n’a d’autre choix que de fuir avec le khan et son plus jeune fils, Khalaf, le seul héritier survivant.

Pour sauver sa lignée, Khalaf a un plan : aller à la rencontre de la princesse Turandokht, fille du grand Khan qui a juré d’épouser l’homme qui répondrait à trois de ses énigmes. En cas d’échec, Khalaf sera exécuté.

Alors que Jinhua se rapproche de Khalaf et tombe peu à peu amoureuse de lui, elle craint de plus en plus l’arrivée devant Turandokht. La princesse pourrait signer l’arrêt de mort de Khalaf, mais aussi révéler les secrets que cache Jinhua…

Avec la vie de Khalaf en danger, Jinhua doit prouver son courage, même si cela implique de sacrifier ce qui lui est le plus cher.



ChroniqueTransp-min

Je dois dire que j’ai été très surprise par cette lecture, notamment par le changement de couverture, j’aimais énormément la première version de la couverture, qui je trouve colle mieux au récit que la seconde. Qui est malgré tout très belle. Bref, assez parlé de la couverture, attelons nous à l’histoire si tu veux bien. 

Cela fait un moment que je délibère avec moi-même concernant cette histoire, est-ce un coup de cœur ou non ? Ce n’est pas un coup de cœur, mais une excellente lecture. Ça s’est joué à pas-grand-chose, sans doute la fin du roman que je n’ai pas du tout vu venir. En même temps, j’ai adoré cette fin, elle m’a fait verser beaucoup de larmes. Au départ, j’ai trouvé cette fin tellement horrible et puis après, je me suis dit qu’il n’y aurait pas pu avoir de meilleures fins, c’est une fin en accord avec le reste de l’histoire. 

Je n’arrête pas de te parler de la fin, mais le reste du roman est tout aussi intéressant, surtout l’évolution des personnages que j’ai trouvé très intéressante. Le contexte historique est ce qui m’a le plus marqué dans cette histoire, j’avais d’ailleurs l’impression de lire un roman historique. Alors que la couverture laisse présager un roman de Fantasy, c’est pour cela que j’ai parlé des couvertures plus haut dans la chronique. J’ai adoré plonger dans ce récit sur l’empire Mongol, il y avait pas mal de termes compliqués qui aurait mérité une tentative de traduction, mais au final, on finit par comprendre le sens global des termes utilisés par les personnages. 

En bref, L‘oiseau et la lame est un roman vraiment original et addictif, avec une fin vraiment surprenante. Je peux te promettre que cette lecture va te faire voyager et te surprendre de bien des façons. 

Notes (7)

Publicités

4 réflexions sur “L’Oiseau et la lame de Megan Bannen

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s