Big Bones de Laura Dockrill

déco2

Titre: Big Bones
Edition: Collection R
Prix: 18.90 E
Pages: 504
Résumé :

Je ne suis pas grosse, j’ai juste de gros os !
Salut, moi, c’est Bluebelle, alias BB, alias Big Bones, rapport à mes « gros os ». J’ai seize ans, je suis une gourmande, et je ne m’en cache pas. En même temps, ce serait un peu diffi cile à dissimuler, vu mes rondeurs…
Seul souci, après une crise d’asthme, maman m’a emmenée chez un médecin qui m’a OBLIGÉE à tenir un journal de ce que je mange.
Sauf que moi, je m’aime comme je suis, et je n’ai aucune envie de guérir puisque je ne suis pas malade !
Bourré d’humour et d’amour, Big Bones est un délicieux pied-de-nez à la grossophobie.
À consommer sans modération !


3

déco chronique1Quand Collection R nous a annoncé ce titre, j’étais très curieuse de découvrir l’histoire de BB ! Mais il y a eu quelque petites soucis avec cette lecture, malgré tout, j’ai plutôt apprécié de lire Big Bones !

Je vais commencer par le négatif et finir par le positif. Le négatif tient dans les 150/200 premières pages du roman. Il n’y a pas vraiment d’histoire dans ce début de récit, ce n’est pratiquement que des listes d’aliments et de scènes de nourritures. J’aime manger, j’adore ça, en cela, je me reconnais bien dans BB, mais là, c’était poussé à outrance au point de donner la nausée. Donc, j’ai eu du mal avec le début du roman et puis sans savoir ce qu’il se passe, l’auteure décide au final de donner une trame à son récit.

On découvre une histoire de famille, avec des sœurs très soudée, une jolie petite romance qui fait chaud au cœur sans pour autant perdre de vue la revendication principale de l’auteure, on peut être belle et grosse, cela n’est pas incompatible. L’aspect étouffant de la nourriture devient beaucoup plus supportable et le journal alimentaire prend l’apparence d’un journal intime.

On y découvre une jeune femme pas si sur d’elle, en tout cas moins qu’elle le clame, on y trouve aussi beaucoup de tendresse, pour sa mère et son père et surtout pour sa petite sœur. On y découvre les premiers émois amoureux, les doutes, la peur du rejet et finalement le grand saut dans l’inconnue, confier son cœur à quelqu’un qui n’est pas soi-même.

Passé la première partie du roman, j’ai vraiment apprécié l’histoire de BB. Je pense que l’auteure aurait dû y aller mollo sur la nourriture parce que loin de donner fain, cela ecoeur et n’a pas vraiment de substance en réalité, on se demande juste quand l’histoire va enfin démarrer. Enlever ces pages et vous trouver une jolie histoire sur l’acceptation de soi et qui fait un gros doigt à la grossophobie !

déco3

Publicités

2 réflexions sur “Big Bones de Laura Dockrill

  1. Hormis ces premières pages sur la nourriture dont tu me parles, ça m’a l’air sympa cette lecture 🙂 J’aime bien en plus les histoires où les soeurs sont soudées ! Je vais me le noter au cas où je tombe dessus en librairie 😉
    Victoire

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s