The mortal instruments : Renaissance, tome 1 : La princesse de la nuit (Cassandra Clare)


Titre : La princesse de la nuit
Edition : PKJ
Prix :19.90 E
Pages : 815
Note : 20/20
Résumé :

Los Angeles, 2012. Cela fait 5 ans que les événements qui ont failli plonger le monde des chasseurs d’ombres dans l’oubli se sont produits, cinq ans qu’Emma Carstairs, jeune chasseuse d’ombres a perdu ses parents. Après tout le sang versé et la violence dont elle a été le témoin durant son enfance, Emma a consacré sa vie à l’éradication des démons et à être la meilleure, la plus rapide et la plus redoutable chasseuse d’ombres depuis Jace Lightwood.
Élevée à l’institut de Los Angeles, Emma est liée comme parabataï à son meilleur ami Julian.
Alors qu’elle pourchasse les meurtriers de ses parents, la piste qu’elle poursuit la conduit tout droit vers des personnes envers qui elle avait toute confiance, comme on le lui avait toujours appris.
Au même moment, Emma tombe amoureuse de Julian, son plus proche ami, et parce qu’il est son parabatai, il est la seule personne au monde qui lui soit absolument interdit d’aimer à cause de la loi des chasseurs d’ombres.
Au cœur du rutilant Los Angeles actuel, Emma doit apprendre à faire confiance à son cœur et à son esprit, pendant qu’elle doit déjouer un complot démoniaque mené par de sombres sorciers gérants de night-club, de Sunset Strip à la mer enchantée, qui s’étend dur toutes les plages de Santa Monica.


Je suis une fan de la dernière heure concernant Cassandra Clare et l’univers des chasseurs d’ombres, mais qu’est-ce que je suis en amour avec. Vous vous en doutez sans doute ( merci le titre de l’article), je viens vous parlez de ma découverte de La princesse de la nuit. Et grande nouvelle (comme si personne ne s’en doutait), c’est un énorme coup de cœur, de toute façon, je ne suis absolument pas objective concernant Cassandra Clare.

C’est avec énormément d’appréhension, mais aussi d’envie que j’ai retrouvé l’univers de The Mortal Instrument. Nous retrouvons les jeunes personnages qui nous avaient été présentés dans le sixième tome, cinq ans après la guerre Obscure. Nous suivons donc l’histoire du point de vue d’Emma et de Julian, qui sont devenus parabatai. Mais nous retrouvons aussi une grande partie de la fratries Blackthorn.

Cassandra Clare signe son retour avec brio, une histoire qui innove sans pour autant sortir du monde des shadowhunters, bien que parfois l’histoire m’ai fait penser à celle des Origines, le récit à une autonomie propre et il fonctionne très bien. La princesse de la nuit nous offre une plongée sous un angle différent dans l’univers des chasseurs d’ombres. Et malgré les 800 pages, de la version française, l’histoire est entrainante et sans longueur. Comme toujours, l’auteure nous attrape au début du récit et ne nous lâche qu’à la toute fin, avec plusieurs crises cardiaques pendant le voyage.

The Mortal Instrument Rennaissance propose une histoire bien plus sombre, des tensions plus marquées notamment avec la Paix Froide. Les personnages sont aussi très différents de ceux de la série précédente. Emma est un personnage puissant avec un potentiel certain, j’ai hâte de la voir évoluer dans la suite vue les choix face auxquelles elle se trouve. Néanmoins, j’ai un peu tiqué dans l’épilogue face à son comportement, à voir ce que cela donnera dans la suite. Mon coup de cœur dans cette histoire, c’est Mark, je l’avais déjà adoré lorsqu’on le découvre dans La cité du feu sacré. On retrouve ici un personnage plus sombre marqué par les cinq années qui viennent de passer, malgré tout l’addiction est toujours présente ! Julian est un personnage avec qui j’ai eu un peu de mal parce que trop secret et dans un sens super manipulateur, mais j’attends la suite pour voir s’il peut encore me surprendre. Je pourrais vous parler pendant des heures des personnages, mais le mieux c’est de vous laisser les découvrir.

De l’action et toujours de l’action ! Pas de répit dans cette histoire, on retrouve le rythme puissant cher à la série, et si parfois les personnages s’arrêtent pour reconsidérer leurs sentiments, ça ne dure, j’aimais longtemps. J’ai adoré cette impression d’être a bout de souffle tout au long de ma lecture et l’attente pour le second tome va vraiment être atroce parce que Cassandra Clare nous laisse une fin pleine de tension. Surtout que ce tome est plein de révélations chocs et que l’auteure nous a bien mis en stress pour Lord of Shadows. Par contre, je n’ai jamais autant détesté l’Enclave que dans ce tome, moi, je crie à la révolution, ils ont une façon d’édicter des lois de façon tellement inhumaine, ça ne m’étonne même plus de les voir, abîmer, séparer des gens. Je pense qu’ils auraient besoin de cours sur la démocratie.

J’ai aimé qu’on revoie même brièvement les personnages de The Mortal Instrument en version adulte avec la mentalité et la vie qui va avec. La petite nouvelle sur Clary à la fin était vraiment génial et puis revoir Jace, Alec et Magnus, le rève quoi. Sans compter qu’on revoit aussi Tessa et Jem, je suis toujours aussi fan de lui bon, j’aime un peu plus Tessa qu’avant, mais bon … D’autant plus que Magnus a éveillé mon intérêt sur une anecdote que j’espère trouver dans les chroniques de Banes. En fait, lire Tales from the Shadowhunters Academy et The Banes Chronicles est très utile pour comprendre certaines références dans ce tome, notamment tout un pan de l’histoire de Simon.

Bref, vous l’avez compris, j’adore même si je trouve que niveau complexité des romances Cassandra Clare a été peu être un peu trop loin, elle avait déjà placé la barre haute avec Jace et Clary, mais alors dans La princesse de la nuit mon petit cœur de romantique a pris cher dans sa face. D’autant plus que j’ai peur de voir quelque chose que je n’aime pas du tout se former entre certains personnages … Affaire à suivre !

Un gros coup de cœur pour le retour en force de cet univers avec une histoire qui le porte très bien, j’ai hâte et très peur en même temps de voir ce que la suite va donner parce que mon dieu, Cassandra Clare, c’est vraiment une auteure sadique !

896786challengepal

Publicités

7 réflexions sur “The mortal instruments : Renaissance, tome 1 : La princesse de la nuit (Cassandra Clare)

  1. Comme toi j’ai adoré me replonger dans l’univers de Cassandra Clare, je suis vraiment épaté qu’elle soit parvenue à l’enrichir encore plus ! Les nouveaux personnages sont vraiment travaillés et promettent de belles choses pour la suite.

    Aimé par 1 personne

    1. Les Livres sont assez différents de la série ( meilleurs) Mais dans la série on retrouve assez bien l’essence de l’univers de Cassandra Clare !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s