Meg Corbyn, tome 4 : Empreintes fauves (Anne Bishop)


Titre : Empreintes fauves
Edition : Bragelonne
Prix : 22 E
Pages : 487
Note : 20/20
Résumé :

La paix fragile qui règne depuis des siècles entre les Autres et les humains est sur le point d’être brisée. Lorsque les humains tentent de s’en prendre à eux, les Autres doivent décider quelle est la part d’humanité qu’ils sont prêts à accepter.

L’alliance entre les Autres et les cassandra sangue, prophétesses de sang exploitées pour leurs dons, a modifié l’équilibre des pouvoirs entre les espèces. Simon Wolfgard, chef de l’enclos de Lakeside, et Meg Corbyn, son amie prophétesse, considèrent ce changement comme une amélioration, mais tous ne sont pas convaincus. Un noyau d’humains radicaux cherche à usurper les terres des Autres en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d’imaginer qu’il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus puissants que ceux qui peuplent les Enclos – et qu’ils sont prêts à tout pour protéger les leurs…


Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, il est toujours plus difficile de donner son ressentie sur un coup de cœur que sur une déception. C’est pour cela qu’à chaque fois que je finis un Meg Corbyn le défi est de taille. Car comme tous les tomes précédents, Empreintes fauves est un gros coup de cœur ! Assurément, Anne Bishop nous a offert l’une des meilleurs série d’urban fantasy de tous les temps ! Et j’ai autant hâte que peur de lire le cinquième tome de la saga. En effet, je pense que le cinquième Meg Corbyn sera le dernier et je vous explique pourquoi dans ma chronique !

J’aime d’amour Meg Corbyn depuis le premier tome pour une montagne de chose, mais l’une des plus importante, c’est l’univers. Car comme tous les tomes précédents, Empreintes fauves est un gros coup de cœur ! Dans Empreintes fauves, Anne Bishop nous fait voyager dans tout Thasia au travers de différents points de vues. Dans les tomes précédents, on est beaucoup plus centré sur l’enclos de Lakeside du coup l’auteure a pris un risque certain en nous envoyant un peu partout sur le continent. En tout cas, je trouve que cette prise de risque paye extrêmement bien, puisque l’on ressent toute la tension qui gronde entre humains et autres, entre pro-loup et partisans de HAT.

Anne Bishop prend le temps d’étoffer un peu plus la mythologie de sa série, avec l’apparition de créature jusque la jamais croisée et dont les autres terra indigèneparlent très peu, en lisant ce quatrième tome, on comprend très vite pourquoi et je dois avouer que la crainte et la tension véhiculer par les personnages quand les dites créatures sont mentionnées est très communicative, j’avais peur qu’un des Ainés se ramène dans ma chambre !

L’auteure a décidée de se montrer vraiment impitoyable avec ce tome, attacher bien vos ceintures, je garantie des morceaux de cœurs arracher en chemin. Il est clair que la série Meg Corbyn s’assombrie de plus en plus, mais c’est tellement bien maitrisée que ça ne choque absolument pas, à part le fait qu’on se mette a détester sa propre espèce en chemin. Du coup, je veux bien être une élémentaire dans ma prochaine vie, eau ou feu. De nouveaux personnages font leurs apparitions pour venir étoffer un panel déjà bien garnie, mais cela ne dérange absolument pas la lecture. Mais les quelques touches d’humour viennent contrebalancer cette ambiance si sombre et nous offre des moments de joie et de rire volés à la violence ambiante.

Les rares scènes Meg/Simon raviront le cœur des fans du duo telle que moi, je me transforme en fan hystérique, surtout à la fin ! Mon dieu, ce dernier chapitre, j’ai cru que j’allais mourir d’une hémorragie du nez ! Je suis un peu triste par contre que l’on voit de moins en moins Vlad et Henry, Tess et Nyx ! Ils deviennent un peu trop secondaires, alors j’espère qu’on les verra beaucoup plus dans la suite parce que mon dieu que j’aime cette bande. C’est d’ailleurs par rapport à l’évolution des personnages que l’on se rend compte que la saga touche à sa fin. Mais niveau narration et intrigue on remarque aussi que Anne Bishop arrive à la fin de ce qu’elle veut faire vivre à ses personnages.

Comme toujours, un énorme coup de cœur pour cette fabuleuse série, et encore une fois, j’ai très envie de relire la saga. C’est assez hallucinant l’effet que Meg Corbyn a sur moi ! Cette impression de rentrer chez moi quand j’ouvre un tome et cette tristesse quand j’arrive à la fin de l’histoire. Je crois que lorsqu’Anne Bishop va annoncer la vie de la saga, je vais faire une dépression ce n’est pas possible autrement ! J’espère qu’on aura rapidement en VF le cinquième tome des aventures de Meg et Simon parce qu’il me manque déjà !!

Publicités

13 réflexions sur “Meg Corbyn, tome 4 : Empreintes fauves (Anne Bishop)

    1. Alors il faut que tu fonces Meg Corbyn c’est juste ❤❤️
      J’ai lu Les trois premiers et j’ai pas aimé Le trois alors j’ai arrêté la série 😅

      J'aime

    1. Je ne peux que t’inviter à tenter. Meg Corbyn est l’une de mes séries doudous et sûrement l’une des meilleures de Bit Lit que je connaisse 😍

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s