Celle dont j’ai toujours rêvé ( Meredith Russo)


Titre : Celle dont j’ai toujours rêvé
Edition : PKJ
Prix : 17.90
Pages : 320
Note : 20/20
Résumé :

Amanda Hardy arrive dans un nouveau lycée. Comme beaucoup, elle souhaite avant tout s’intégrer. Mais malgré sa popularité, un secret l’empêche de s’ouvrir vraiment aux autres.

Sa rencontre avec Grant remet tout en question. Il est le premier garçon qui parvient à lui faire baisser sa garde. Alors qu’ils passent de plus en plus de temps ensemble, Amanda comprend qu’en se protégeant ainsi, elle passe à côté de sa vie. Elle sait qu’elle doit se faire violence et lui révéler qui elle est vraiment, mais elle est terrifiée à l’idée que cela le fasse fuir…


Bon avant de commencer, je veux vous prévenir. Cette chronique va être une déclaration d’amour à Celle dont j’ai toujours rêvé, car il s’agit d’un énorme coup de cœur. En premier lieu, je voudrais remercier les éditions PKJ d’avoir fait le pari de publier cet exceptionnel ouvrage ! D’ailleurs, je ne sais pas si vous êtes au courant, mais il n’est pas disponible dans toutes les libraires. Certains libraires ont fait le choix de ne pas le mettre en vente, et je trouve ça STUPIDE !

Pourquoi c’est stupide ? C’est comme ça que je commence à vous donner mon avis, oui. On change un peu le format, mais ce n’est pas grave, car ce livre le mérite amplement. Donc Celle dont j’ai toujours rêvé est un excellent roman pour un tas de choses, mais surtout pour le faite qu’il appelle à la TOLERENCE et à la compréhension des personnes  » différentes ». Vous noterez que je mets le terme entre guillemets parce que j’estime que c’est à prendre avec des pincettes. Mais là n’est pas le propos, rentrons plus précisément dans le contenu du roman, car le but de cette chronique n’est pas forcément de faire l’apologie du LGBTQ+ mais celle de Celle dont j’ai toujours rêvé.

Quand j’ai ouvert ce livre, je ne m’attendais absolument pas à me prendre une claque, même si les personnes qui l’avaient déjà lu autour de moi avaient été touchées par l’histoire. J’ai été plus que touché par le récit d’Amanda, je me suis pris une violente baffe qui ma énormément ébranlée. Je me suis trouvée face à une auteure à la plume puissante et qui avait beaucoup de choses à dire ! J’ai été bluffée par la force de caractère de l’héroïne, par sa combativité et son envie de vivre alors que tous la poussaient vers le gouffre. Je ne peux pas dire que je me suis identifié à Amanda, mais j’ai l’impression de l’avoir comprise et surtout de la connaitre, comme si maintenant elle faisait partie de mon quotidien.

J’ai été marquée par la profondeur des personnages, mais aussi du style de l’auteure. Je peine à trouver mes mots pour vous dire à quel point j’ai aimé cette lecture, cette ambiance de témoignage que Meredith Russo donne à son histoire. Et puis, c’est un récit qui est tout en justesse, tout en émotion positive, car malgré les difficultés que rencontre Amanda, c’est ce qui ressort le plus, l’envie de dévorer la vie, pas simplement de survivre.

J’en reviens au message de TOLERENCE et d’ACCEPTATION que véhicule Celle dont j’ai toujours rêvé. L’histoire comme le contexte de vente du roman nous montre à quel point la littérature et la communauté LGBTQ+ sont difficilement acceptées parce qu’elles questionnent l’identité sexuelle, cela a tendance à mettre pas mal de monde mal à l’aise. Personnellement, je pense qu’il est essentiel de s’intéresser aux autres, d’éprouver une certaine curiosité, mais pas une curiosité malsaine, pour les autres et pas parce qu’ils sont gays ou transgenres. Mais simplement parce qu’ils sont humains et qu’ils sont comme moi.

Je ne peux pas vous parler en détails de l’histoire parce que c’est le genre de livre qu’il faut découvrir avec le moins d’éléments possibles sur le récit. Le lire sans rien en connaître serait encore mieux. Parce que cette histoire fait réfléchir, et qu’on réfléchit toujours mieux sans apriori…

Je vais arrêter de m’emmêler les pinceaux dans le fouillis de sentiments que je ressens pour ce livre et simplement vous recommander très vivement de le lire pour vous faire une idée de ce que j’essaie de vous dire. J’espère sincèrement que Meredith Russo nous offrira un autre roman, car je veux retrouver sa plume une nouvelle fois !


Et pour une fois, je vais mettre une petite citation :

– Et si ton fils te disait qu’il était ta fille ?
Ma mère a gardé un instant le silence. J’ai repensé à ce que j’avais écrit au conseillé, sur ce carnet « J’aurais dû être une fille. »

Publicités

7 commentaires sur « Celle dont j’ai toujours rêvé ( Meredith Russo) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s