Memorex (Cindy Van Wilder)

Couverture Memorex

Titre : Memorex
Edition: Gulf Stream
Prix: 17 E
Pages: 403
Notes: 19/20
Résumé :

2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l’île familiale. Un an qu’Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s’est muré dans une indifférence qui la fait souffrir. Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l’île : c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au coeur de l’énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.

Vous devez commencer à le savoir, Cindy Van Wilder est quelqu’un que j’aime d’amour, que ce soit la personne comme l’auteure. J’avais déjà adoré Les Outrepasseurs, saga dans laquelle j’avais pu découvrir sa sublime et envoûtante plume. Et bien, elle m’a de nouveau éblouie avec Memorex.

Memorex est un roman qui ne peut pas être résumé, je pense que c’est une expérience qu’il faut vivre sans savoir de quoi il est question. Et c’est ainsi que j’ai démarré ma lecture. Je voulais attendre Montreuil pour me l’acheter, mais l’insistance de ma chère Rêveuse Éveillée et tous les bons échos qui me parvenaient de la blogo, mon poussé à craquer. De même qu’il n’a pas traîné longtemps dans ma PAL. Mais trêve de bavardage et entrons dans le vif du sujet. Mais juste avant, je veux vous prévenir, je vais faire tout mon possible pour vous parler de ce livre sans vous spoiler, mais cela va être une tache très difficile.

Commençons par le commencement, dès les premiers chapitres, j’ai ressenti une drôle d’attraction qui me poussait à dévorer se livre. Pourtant, le début me rendait vraiment perplexe, je ne savais pas à quoi m’en tenir. Le début de Memorex me rendait vraiment anxieuse et pourtant, je dévorais les pages. Je me suis rapidement rendu compte que je devais lâcher prise et me laisser embarquer par l’histoire. Memorex n’est pas une histoire où l’on peut se permettre de garder prise sur sa lecture. Pour l’aimer à sa juste valeur, il faut se vider la tête et laisser Réha nous embarquer dans le récit.

J’ai tout de suite accroché avec Réha, elle est très intéressante et son personnage est très bien reconstruit, elle essaie de se reconstruire alors que sa vie est partie en fumée, c’est un personnage très fort et doté, je trouve, d’un certain charisme. Son frère Aiki, bien que peut présent dans le début de l’histoire, devient vite très présent. Il m’a captivé, ses silences, les mystères qui planent autour de lui. Il est mon coup de cœur dans cette histoire. Encore plus lorsque l’on arrive à la toute fin de Memorex. J’ai été très intrigué par le personnage de Kassa, père charismatique aux, trop, nombreux secrets, un vrai maniaque du contrôle qui ferait de l’ombre à un certain monsieur gris que je ne citerais point.

Cindy Van Wilder nous montre qu’elle peut se frotter à un genre différent, ce thriller d’anticipation est mené d’une main de maître, et j’ai adoré la référence à un certaine œuvre de science-fiction ( je garde le suspens, c’est très agréable de le découvrir pendant la lecture.), plus qu’une référence, on pourrait en quelque sorte parler de réécriture. Memorex est une œuvre très bien pensée et rondement menée. La plume de l’auteure nous entraîne sans nous laisser le moindre temps mort. Plusieurs fois pendant ma lecture, j’avais l’impression de perdre pied tant la narration m’avait embarquée.

Dans un premier temps particulièrement troublé par les changements de temporalité, chose que Cindy Van Wilder semble apprécier. J’ai très rapidement apprécié, c’est rare instant de,fausse, pause dans le récit de Réha. Moments forts en informations à mesure que l’histoire se dévoile, ils nous offrent aussi le point de vue d’autres personnages, ce qui est vraiment très agréable. J’ai beaucoup aimé les moments consacrés au frère de Réha et ceux de Kassa.

Memorex m’a fait osciller entre une myriade de sentiments et d’impressions, finalement, j’ai été grandement surprise par la fin de ce livre, Cindy Van Wilder m’aura mené par le bout du nez jusqu’à la fin de son histoire. Ma lecture s’est donc conclue par un joli coup de cœur pour cette histoire tellement originale et innovante. Pour conclure, je ne peux que déclarer une nouvelle fois mon amour à ma Dear Cindy Van Wilder. J’ai tellement hâte d’avoir l’occasion de lire d’autres de ses écrits !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s