#L’homosexualité dans la littérature

Ce soir, alors que le match qui oppose la France à la Suisse me sert de bruit de fond, j’avais envie de vous parler d’un sujet qui me tient à cœur : l’homosexualité dans la littérature. Je pense que chacun est libre d’aimer qui il veut, et cela peut importe son sexe, son ethnie et sa religion. Aux lendemains de la fusillade d’Orlando, je ressens le besoin de m’ouvrir à vous sur ce sujet que je trouve encore trop tabou.

Quand j’ai commencé à lire, il y a six ans, l’homosexualité dans la littérature, je ne le voyais que dans les Yaoi ( manga qui raconte une histoire d’amour entre deux hommes). Mais depuis quelque temps, l’homosexualité se fait une petite place dans la littérature, je pense notamment à des romans comme Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers de Benjamin Alire Saez, ou encore a The Mortal Instrument de Cassandra Clare qui présente dans les personnages secondaires importants un couple gay.

Je suis heureuse de voir qu’on s’intéresse enfin à une communauté qui a beaucoup à offrir, qui est très riche notamment du fait que toutes les cultures si retrouvent. Le problème, c’est que régulièrement les personnages gays dans les romans sont vraiment beaucoup trop clichés, je pense notamment à Will & Will de John Green et David Levithan. J’ai vraiment eu du mal avec la vision du personnage gay que nous offraient ces deux auteurs. Je pense aussi au premier roman gay que j’ai lu : L‘autre Dracula ou les carnets secrets de Jonathan Harker de Tony Mark, l’auteur nous proposait de revisiter l’histoire de Dracula. À l’époque, j’avais beaucoup aimé, mais maintenant que j’y réfléchis, c’était un livre qui rassemblait tous les clichés possibles sur les homosexuels.

On voit de plus en plus de maisons d’édition s’ouvrit au sujet de l’homosexualité comme la collection Slash de chez Milady, mais je trouve que les écrits relèvent plus des fantasmes des auteurs sur le sujet plutôt que la réalité de cette communauté, c’est notamment mon impression dans le premier tome des loups de Riverdance, où le protagoniste qui est homosexuel, ressemble plus à une femme dans un corps d’homme qu’autre chose. J’ai l’impression de ne pas être la seule à avoir cette vision de l’homosexualité dans la littérature, c’est pour cela que je ressens le besoin d’en discuter avec vous. Je sais aussi que ce n’est pas un sujet qui intéresse tout le monde, néanmoins, j’espère que ceux qui se sentent intéressés ou concernés par ce sujet me donneront leurs avis.

Avec cet article, je ne cherche absolument pas la polémique, ce n’est que mon ressentie sur un sujet et sur une communauté que j’affectionne particulièrement. N’hésitez pas aussi à me recommander des lectures qui mettent en avant la réalité de la communauté homosexuelle. Merci d’avoir pris la peine de lire cet article, j’ai énormément hésité à l’écrire et à vous le publier parce que j’ai très peur que mes mots, que je trouve très maladroits, soient mal interprétés

Publicités

26 réflexions sur “#L’homosexualité dans la littérature

  1. Article très intéressant et je trouve que tu as raison sur les clichés, et c’est bien dommage.
    Perso je n’ai pas beaucoup lu de livres avec des protagonistes gays, mais je peux te citer Alec/Magnus que j’adore. C’est un de mes couples favoris. Et qui, malgré la magie, l’immortalité de Magnus, est très réaliste.
    Dans un autre genre, j’ai par exemple adoré le couple Lexa/Clarke dans la série The 100, je trouvais qu’il y avait une alchimie monstrueuse entre les deux femmes, qui se complétaient très très bien (d’ailleurs j’ai eu le coeur brisé xD)
    Il faut vraiment arrêter avec les clichés, un homme viril peut être gay sans qu’on ait besoin de l’efféminer. En tout cas, si ça peut aider les gens via la lecture à avoir une ouverture d’esprit plus grande, moi je dis oui, si c’est bien écrit, parce que quand on voit encore certains discours, ça fait peur quand même…. Après tout, l’important, c’est que les gens soient heureux, qu’importe avec qui ils sont!

    Aimé par 1 personne

  2. Intéressant ce sujet 🙂
    J’ai beau réfléchir je ne trouve pas de livres avec une histoire homosexuelle… hormis les Yaoi mais en roman, je ne vois pas du tout…
    Mais cela me rappelle un livre, en revanche, sur la transexualité, un jeune homme qui veut devenir fille, mais ce livre était bien écrit par contre, et je l’avais adoré. Un autre sujet, mais qui est tout aussi polémique au final ^^

    Aimé par 1 personne

    1. oui d’ailleurs j’ai pensé à l’intégrer dans ce  » on en discute » mais je me suis rendu compte que je n’avais pas de matière sur cette question, je ne crois pas avoir lu de roman sur la transsexualité :/ du coup je vais en chercher quelques uns.

      Aimé par 1 personne

  3. Mais de rien! Je trouve ça très bien que tu l’aies écrit et que tu aies donné un avis sur ce sujet encore bien trop tabou (ce qui est franchement ridicule)!
    Pour la littérature, en plus, quand c’est bien écrit et réaliste, ces couples deviennent souvent les favoris même s’ils sont secondaires.
    Pour reprendre le cas Alec/Magnus, tout la fanbase de TMI les adore, et pareil quand on a eu la série, le moment du mariage et tout je crois que ça a été le moment préféré de tous!
    Pareil pour Lexa/Clarke, sérieux, ça a été en TT pendant des semaines sur Twitter!
    Comme quoi…
    Gros bisous ma belle ♥

    Aimé par 1 personne

  4. Un article très intéressant et avec lequel je suis amplement d’accord ! Je suis vraiment heureuse de voir que l’homosexualité commence vraiment à être présente dans la littérature car c’est un thème que j’affectionne particulièrement. La représentation de cette communauté est vraiment importante et mérite sa place dans la littérature. Merci pour cet article ~

    Aimé par 1 personne

  5. Sujet intéressant ! Par contre je suis pas forcément d’accord, l’homosexualité à toujours été présente dans la littérature et ce depuis les origines donc c’est pas siiii nouveau que ça ! D’une certaine façon ce qui change c’est la façon dont la société aborde la question. Aujourd’hui c’est quelque chose qu’on juge de moins en moins tabou mais il faut garder en tête qu’on est toujours en train d’accorder nos violons vis à vis de notre rapport à l’homosexualité, et c’est quelque chose qui se traduit dans le milieu culturel et donc littéraire. Les auteurs (et les éditeurs) sont de moins en moins frileux dans leur manière d’aborder le sujet mais ils ne savent pas encore comment le traiter sans en faire une littérature genrée, mais encore une fois ils ne sont que les miroirs de la société dans laquelle ils vivent.

    Aimé par 2 people

    1. je pense que je me suis mal exprimé dans mon article, je pense à une homosexualité visible et souvent revendiquer, qui n’est pas masqué. Bien sur que je sais que cela fait longtemps que le thème de l’homosexualité est abordé dans des ouvrages comme Carmilla ou encore Dracula, selon la lecture que l’on fait. Néanmoins, je suis totalement d’accord avec toi sur le fait que la littérature est un miroir, souvent déformé, la société dans laquelle nous vivons.

      J'aime

      1. Il y avait bien la poétesse grecque Sappho, et elle n’était pas seule. C’est notamment avec l’arrivée du christianisme que la littérature homosexuelle s’est retrouvée cachée.
        De temps en temps, elle refait surface, puis disparait de nouveau pour mieux réapparaître.
        D’ailleurs, on parle plus souvent d’homosexualité masculine que d’homosexualité féminine, et on parle encore moins de bisexualité, de transgenre et des autres identités.

        J'aime

  6. Jusqu’ici, je n’ai lu aucun roman parlant d’homosexualité, par peur de trop de clichés justement.
    Et je ne sais pas pourquoi, tout en soutenant les maisons d’éditions spécialisées (comme Steditions) je suis en même temps un peu sceptique… les maisons d’éditions qui en font une spécialité, d’un côté, ça ne fait qu’accentuer la « différence », comme si les livres avec la communauté LGBT comme sujet étaient trop « spéciaux » pour ne pas être publiés dans des maisons d’éditions classiques.

    Bref, je suis évidemment pour que ce genre de littérature soit plus reconnu (ça serait le comble que je sois contre, étant moi-même homosexuelle haha), mais sans que ça paraisse anormal… mais comme je l’ai vu dans un autre commentaire, la littérature est un miroir de la société, il y a donc encore beaucoup de chemin à faire 😛

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis totalement d’accord avec toi, mais il faut souligner que certaines ME ne mettent pas l’étiquette roman gay sur leurs parutions, je pense notamment à Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers de Benjamin Alire Saez chez PKJ, on ne lui a pas du tout collé ce type d’étiquette, bien au contraire, on a parler de ce roman comme il se doit.

      Aimé par 1 personne

    2. Je pense qu’il s’agit d’une façon de mettre la littérature homosexuelle en avant.
      Quand tu veux lire un livre avec un héros/une héroïne homosexuel.le, si ce n’est pas indiqué (de par la maison d’édition, ou une couverture explicite comme « Thérèse et Isabelle » de Violette Leduc aux éditions Folio…), difficile de trouver.

      Aimé par 1 personne

      1. Pour le coup je suis là d’accord parce que une histoire d’amour entre homme ou femme devrait faire partie des mêmes genres que les autres. En gros un boy’s love sf devrait être rangé en sf au même titre que les autres ouvrages

        J'aime

  7. Je suis tout à fait d’accord avec ta vision des choses sur la lecture homosexuelle, et il est vrai que dans pas mal de livres que j’aime beaucoup, et qui présentent un couple homosexuel, il y a beaucoup de clichés, et ce même si l’auteur ne pense pas à mal.
    C’est tout simplement la vision de l’homosexualité qu’à le monde, surtout ceux qui se prétendent « ouverts » (je ne dis pas qu’ils font quelque chose de mal en le disant ainsi, bien entendu) sans vraiment connaitre les personnes qui le sont.
    J’ai beaucoup de mal à trouver des livres qui touchent le sujet et qui ne date pas de dizaines d’années non plus, et le plus beau que j’ai lu jusqu’à présentest « rien de nous survivra » de maia mazaurette.
    C’est vraiment dommage que les gens ne reconnaissent pas plus ce genre de texte, et les considèrent, même lorsqu’il n’y a pas grand-chose entre les deux personnages, comme du « porno », alors que les histoires à l’eau de roses hétéros sont plus osées dans la plupart des cas.

    Aimé par 1 personne

  8. Je suis très dubitative concernant la littérature homosexuelle actuelle, qui me semble plus tenir de l’effet de mode qu’autre chose. C’est vrai que sur le sujet, je date un peu, voire beaucoup, puisque l’approche que j’en ai se résume à certains personnages de La Romance de ténébreuse de Marion Zimmer-Bradley, qui se servait d’un univers Science-fantasy pour en réalité passer au crible les rapports humains dans toutes leurs nuances. Actuellement, voir décrit tel ou tel livre comme une histoire d’amour gay écrite par une femme (c’est la majorité de ceux que je vois passer, en tout cas), ça me gène un peu, dans la mesure où même si l’idée est sincère et le livre bon dans l’ensemble, il y aura forcément des erreurs de nuances : quand on écrit, on met de soi dans les personnages, et dans ce cas, ça fausse obligatoirement la donne, d’où, probablement, le fait que, comme tu le dis dans ta chroniques, certains héros aient une part féminine trop développée.

    Aimé par 1 personne

  9. Salut, je viens de finir Aristote et Dante (dont je viens de poster la critique sur mon blog), et je suis tout à fait d’accord avec le rapport de la littérature à l’homosexualité, surtout au sein de la littérature moderne. Cela dit, je pense que ça va de pair avec le phénomène de la « New Romance », qui vise plus à écrire des romances de l’ordre du fantasme que de la réalité du quotidien, des jeunes femmes banales qui attirent l’attention d’hommes riches, des créatures dangereuses telles que les vampires, loups garous, etc, et pour l’homosexualité notamment un jeune homme efféminé qui va rencontrer un grand mâle dominant, ouh la la.
    Ca va toujours beaucoup trop vite, c’est plein de clichés, très sexuel plus qu’érotique, mais pas forcément très réaliste ni même humain, c’est très distant, il manque l’intimité, l’appréhension, les inquiétudes, les problèmes, ceux que tout les couples connaissent et ceux spécifiques à la communauté LGBT, sans être centré sur l’homosexualité non plus.

    Je pense que ce problème vient d’abord du fait que, par exemple, la majorité des romans gays, avec deux hommes, sont écrits par des femmes POUR des jeunes femmes, pour titiller un peu la libido, comme certains garçons qui regardent du porno lesbien, avec un peu plus d’histoire et de romance, mais les motivations sont les mêmes. Et puisque la femme n’est pas un homme, gay de sur-croît, elle transpose ses ressentis et ses réactions à son personnage, elle fait avec ce qu’elle connait. Je ne suis presque certaine qu’un homme, lui-même homosexuel, qui écrit des romans gays n’aura rien en commun avec une femme qui en écrit, ou des hommes hétéros, bien qu’il y ait, heureusement, des exceptions à la règles.

    L’auteur d’Aristote et Dante par exemple, homosexuel assumé sur le tard, n’a vraiment rien attribué de « cliché » à ses personnages, d’ailleurs leur romance est à peine visible et surtout, elle n’est pas le sujet principale du livre, bien qu’il soit vendu ainsi. Sans être un chef d’oeuvre de la littérature, Aristote et Dante s’illustre par son humanité, sa tendresse, c’est un roman initiatique qui a su touché par sa banalité, son réalisme à retranscrire l’ensemble des doutes qui peuvent subvenir durant la période trouble de l’adolescence.

    Je crois que je me suis un peu emportée, mais disons que ça fait toujours du bien de voir que quelqu’un partage mon avis, à défaut être étiquettée comme « homophobe » directement parce que « je ne comprends rien à l’amour homosexuel  » et donc c’est normal que je n’apprécie pas Will & Will ! (oui, j’ai déjà eu cette remarque)

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis totalement d’accord avec toi. Et pour avoir lu W&W il n’a rien de transcendant. C’est du cliché à TOUT vas. Ton commentaire est vraiment génial et très bien pensé. J’irai lire avec plaisir ta chronique de Ari et Dante ( La mienne commence à bien remonter 😂). En tout cas merci d’avoir pris le temps de lire mon article 😘

      Aimé par 1 personne

      1. J’imagine bien pour W&W, rien qu’à lire le sysnopsis… Non merci !
        Si tu as lu le livre aussi, la critique sera sûrement moins pertinente, mais je ne dis pas non, au contraire ahah. J’irai un peu farfouiller dans tes articles. Bonne journée ! 😉

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s