Meg Corbyn tome 2 Volée Noire(Anne Bishop)

couv61836072

Titre: Volée noire

Editions: Bragelonne

Prix : 20 E

Résumé :

Meg Corbyn rêve de plumes noires ensanglantées dans la neige, sans savoir s’il s’agit d’une prophétie passée ou à venir. Lorsque les ennuis commencent, les Autres et quelques humains doivent s’allier pour protéger leur prophétesse et stopper le danger qui menace de tous les détruire.

Quand j’ai appris la sortie du tome deux, je me suis précipité chez mon buraliste pour le commander, Bien que le coup de cœur ne soit pas aussi gros que pour le premier tome, ce deuxième volume est néanmoins très intéressant et on se prend a espérer que la relation entre Meg et Simon va encore évoluer.

Le style d’écriture est toujours aussi bon mais contrairement au premier tome on a quelques petites longueurs. Les dialogues de ce tome sont plus drôle à certains moments, le livre garde son sérieux mais laisse plus de place à l’humour.

On apprécie l’évolution du vocabulaire de Meg, on a le droit à des discussions plus fournies en sa compagnie, elle ressemble moins à une enfant. On donne aussi la parole à des gens qui ne l’avait pas eu dans le premier tome. Dans ce tome on a le droit à plus de point de vue narratif que dans le premier puisqu’on se balade dans le pays entier, au début cet effet alourdi un peu le récit et puis finalement les différents points de vues aident à la progression du récit.

J’ai aussi apprécié l’évolution de Simon, je pense qu’il accorde plus d’importance aux humains et pas seulement à cause de Meg, il arrête petit à petit de voir le monde en noir et blanc. Et puis, les moments d’hésitation dans leurs relations m’ont tellement fait rire, le loup qui ne sait pas comment se comporter avec l’humaine et l’humaine qui ne sait pas comment se comporter avec la part humaine du loup ce qui donne lieu à des discussions très amusantes.

La mise en page est la même que pour le premier tome , donc elle est toujours aussi agréable. Concernant les répétitions, il n’y en a pas tant que ça mais par contre, il y a parfois des rappels du premier tome qui ne sont pas très utile. Je n’ai pas eu de difficultés particulière pour le lire même si je l’ai trouvé un peu long à démarré et que le trop peu de page m’a fait mal au cœur, parce qu’il est moitié moins épais que le premier, vraiment c’est rageant.

L’intrigue est la suite de celle du premier tome, du coup elle est trop prévisible, cependant le fait qu ‘une autre intrigue se forme en même temps rattrape bien le coup. Malgré tout l’intrigue est bien préparée et bien amenée, bien que le récit soit lent à se lancer. L’intrigue est présente dès le début du roman. J’ai trouvé que certains des nouveaux personnages faisaient assez clichés, notamment sur leur façon de penser, comme si tout les humains étaient méchant, par contre en ce qui concerne ceux déjà présent dans le premier tome, ils restent fidèle a eux-mêmes, une image et une psychologie toujours aussi travaillée et intéressante.

On en apprend plus sur Monty qui mérite bien sa place et franchement s’il ne meurt pas d’un ulcère avant la fin de la série c’est que cette homme a des nerfs en acier, de même pour son supérieur et son coéquipier.

Anne Bishop pousse un peu les frontières de l’univers que l’on connaît déjà et on se demande à quoi ressemble le reste des continents. Concernant la description des décors , elle est moins présente que dans le tome 1 mais elle garde sa qualité.

On remarque aussi que les personnages se cantonnent à une certaine partie de l’enclos, les autres sont un peu laissé de côté alors qu’elle était plus présente dans le premier tome.  Je trouve que par rapport au premier tome, il y a une réflexion sur la société et sur l’homme en général,tout du moins elle est plus marquée que dans le premier tome.

Tout au long du tome les terra indigène montrent aux humains que l’on récolte ce que l’on sème. L’ambiance du livre est toujours aussi particulière mais aussi plus lourde et plus sombre on sent l’orage approcher, c’est quelque chose d’inévitable.

L’environnement et les décors sont plus nombreux, du au fait que le monde ou évolue les personnages ne se cantonne plus à l’enclos. On a affaire à la violence extérieur notamment quand les gens s’en prennent aux corbeaux et qui montre que l’homme est aussi capable de cruauté alors que ce rôle était surtout attribué aux Autres.

Moins bon que le premier, mais très bon quand même, je vous conseille cette petite perle à la fois rafraîchissante et qui remet les créatures dans un contexte qui est plus le leurs.

Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s